En mars dernier, les étudiants du Global Studies Institute ont eu la chance et le plaisir de pouvoir suivre durant deux jours le cours-séminaire d’un professeur pas comme les autres : l’ancien Premier Ministre (2012 – 2014) et Ministre des Affaires Etrangères (2016-2017) français, Monsieur Jean-Marc Ayrault. C’est pour compléter son enseignement et permettre aux étudiants d’approfondir cette réflexion sur sa « Perspective française sur l’Europe » que s’est réuni le vendredi 1er juin à Uni Mail un colloque, organisé par le Centre de Compétences Dusan Sidjanski en études européennes, intitulé « l’Avenir de l’Union européenne : défis et initiatives ».

Le colloque, modéré par les professeurs Dusan Sidjanski, Nicolas Levrat et Mr. Ayrault lui-même, a réuni des intervenants aux profils aussi riches que variés : professeurs d’université, représentants diplomatiques, ou encore ancien secrétaire d’État italien aux affaires européennes. A l’ordre du jour, une mission bien difficile : redonner une perspective d’avenir à une Union européenne en pleine crise. Et pour ce faire, un croisement de visions entre le théorique et le pratique, l’institutionnel et le politique, le passé et le présent.

Durant cette journée, les étudiants ont pu bénéficier de l’expérience des spécialistes invités pour aborder des sujets d’une actualité brûlante. Trois séances se sont succédées : la première, consacrée aux nombreux défis auxquels doit faire face l’Union, les a transportés de l’Italie à l’Iran, en passant par les ambitions de rapprochement aux Balkans et les ambitions écornées au Moyen Orient. Donald Trump, Brexit, crise financière, crise migratoire, Vladimir Poutine : comment faire pour éviter la dislocation, et aider les européens à se projeter ensemble vers le futur ? Des débuts de réponse ont été apportés dans la suite de la journée, au caractère résolument plus optimiste. D’une part, les ambitions européennes du président Macron et leur impact aussi bien chez le partenaire allemand que dans le reste de l’Europe des 28, suffisamment singulières dans le climat politique actuel pour mériter un arrêt sur image – ou plutôt sur discours –. D’autre part, le rôle qu’ont à jouer et que jouent déjà les citoyens européens dans l’élaboration et l’application d’une stratégie européenne à long terme tant nécessaire à l’heure actuelle.

Et c’est bien sur cette note d’urgence que s’est conclue – et par ailleurs ouverte – cette journée d’échanges, de débats, et surtout de rencontres : l’Union européenne doit choisir. Choisir entre se laisser paralyser par les crises qui l’accablent, ou au contraire s’en servir comme tremplin pour l’élaboration d’une vision commune et cohérente pour l’avenir. Et le choix doit se faire maintenant. Mots forts, mais issus de la bouche d’un ancien Premier Ministre et Ministre des Affaires Étrangères qui n’a jamais caché son attachement à la réussite du projet européen, et qui en connaît peut être mieux que quiconque les réalités et difficultés. Sa vision est-elle partagée ; les pistes lancées lors de cette journée du 1er juin trouveront-elles un écho à Bruxelles ou au sein des politiques nationales des États membres ? Rendez-vous en mai 2019 pour un premier bilan…

Retour en images sur ce colloque

Images capturées par Charlotte Denis et Thomas Bétend