L’association a été créée par quatre jeunes filles, deux d’entre elles sont encore en Master « Etudes Européennes » au Global Studies Institute de l’Université de Genève. Cet article n’est pas seulement une promotion pour TALK. France mais surtout un encouragement, une impulsion pour bâtir ses propres projets, agir, mettre en application tout ce qui est appris sur les bancs de l’Ancienne Ecole de Médecine…

 

TALK. vient d’une initiative étudiante anglaise qui vise à renforcer la coopération interculturelle et solidifier le dialogue social au sein de la jeunesse. Une équipe multiculturelle a construit cette association loi 1901. Les chefs de projets sont françaises avec une passion intense pour l’Europe et la mobilité. L’objectif est de connecter les jeunes de tout le continent européen, les pays euro-méditerranéens ainsi que l’Afrique, afin de leur donner l’opportunité d’apprendre les uns sur les autres, d’évoluer aussi bien collectivement qu’individuellement, et surtout d’ouvrir leur esprit. Nous pensons que les barrières sont faites pour être franchies, pour pouvoir construire un réseau fort de solidarité et d’amitié entre différentes sociétés.

La jeunesse en France fait face à de nombreux problèmes, à commencer par le chômage, le pessimisme et la peur d’autrui. Les événements récents qui ont secoué ce pays ont démontré que le dialogue social a été relégué au second plan. L’association monte alors des projets afin de réintégrer cette communication.

 

PINK TALK

Le premier projet concerne le cancer qui est l’une des premières causes de mortalité. Il est estimé qu’au cours des deux prochaines décennies, le nombre de cas diagnostiqués par an devrait s’élever à 22 millions dans le monde. Les traitements liés à cette maladie entraînent généralement une perte capillaire et les prothèses et perruques ont un coût souvent bien trop élevé. Or améliorer la qualité de vie des patients est un objectif de premier plan dans la guérison. L’action consiste à encourager des gens sans distinction aucune, peu importe le sexe, nationalité, âge, religion, ethnie, condition sociale, éducation etc., à se joindre à l’équipe TALK en passant les semaines précédant Noël sans se couper les cheveux. Le but est ensuite d’en faire don afin de les offrir sous forme de perruques à des hommes et des femmes atteints de cancer pour la suite de l’hiver. Pour plus d’informations, un site internet a été créé : http://pink-talk.eu/.

 

STREET TALK

Le second projet a été songé après la construction d’un nouveau mur de séparation ou « clôture anti-migration » entre la Hongrie et la Serbie afin de bloquer les vagues de réfugiés. La jeunesse des Balkans a plus que jamais soif de liberté et de paix. Les jeunes français et allemands ont une grande sensibilité sur le sujet, première génération d’après-mur de Berlin. Pourquoi plus de 25 ans après la chute de celui-ci a-t-on cinq fois plus de murs dans le monde ? La jeunesse du monde entier se tourne régulièrement vers les arts de la rue pour exprimer ses idées, rêves et envies face à des générations qui ne les entendent pas. C’est pour cette raison que TALK souhaite inviter des jeunes ayant un attrait pour les arts graphiques de la rue de France, d’Allemagne et des Balkans à venir se rencontrer et échanger, réfléchir et réagir aux problématiques liés aux barrières de la planète.

Doit-il y avoir des frontières aujourd’hui dans un monde si ouvert et interdépendant ? Où se trouvent ces murs ? Les Européens doivent-ils accepter de telles mesures prises par la Hongrie pour lutter contre les flux de réfugiés ? Pourquoi l’Albanie et la Grèce bloquent aussi férocement le passage de la frontière aux réfugiés ? Migrant / Réfugiés : même sort pour un statut différent ? Tant de questions et tant de réponses qui méritent une réflexion en trois temps. Une rencontre aura lieu à Niort à l’automne lors du festival « Le 4ème mur », où des graffeurs internationaux viennent réaliser leurs œuvres sur les façades des immeubles et auquel nous espérons participer. Niort étant un des centres nationaux des arts de la rue, de nombreuses installations sont à notre disposition. De plus, il s’agit du lieu de notre siège social. Une autre rencontre à Hanovre au Kulturzentrum Faust eV, au sein d’un complexe dédié aux arts urbains et à la liberté, avec une journée de visite à Berlin pour voir la East Side Gallery et réfléchir aux vestiges d’un tel bouleversement qui a forgé l’identité de l’Allemagne moderne, aura lieu. Notre dernière réunion sera dans les Balkans, soit à Tirana, soit à Belgrade, deux villes avec une culture urbaine en plein boom, sujette à la fermeture des frontières et aux flux de réfugiés, avec une jeunesse en ébullition qui s’active à construire l’identité de son pays.

 

D’autres projets sont en cours de construction, notamment avec les pays Euromed. Vous pouvez nous suivre sur twitter, facebook mais aussi notre blog : http://talk-france.blogspot.co.uk/. Si vous souhaitez devenir membre et participer à nos projets, contactez notre association à l’adresse : sarah@talk-france.eu.